mardi 24 février 2009

Siné relaxé

Rue89 : Pour la justice, Siné n'a pas incité à la haine raciale

Fernand Schir, le président de la sixième chambre :
"La liberté d'expression l'emporte sur le respect des croyances surtout dans le style de la satire, un genre qui se situe dans l'exagération et l'outrance."

Je ne sais pas si je dois me réjouir que les juges ne soient pas entrainés dans le délire paranoïaque de la Licra et de quelques autres associations et personnalités, ou m'inquiéter qu'il faille un procès pour en arriver à des conclusions sommes toutes banales.

Le procès n'aurait même pas du avoir lieu. La plainte porte sur un petit article, la lecture de l'article devrait suffire à débouter les plaignants.

Me Jakubowicz, l'avocat de la Licra, veut aller en cassation. J'espère qu'il le fera et que la Cour de Cassation enfoncera un peu plus le clou.

Le combat de fond de ces extrémistes c'est d'empêcher toute critique ou même toute discussion sur les religions et d'introduire par la jurisprudence la notion de sujet "sacré" à "respecter" absolument.

mercredi 9 janvier 2008

Créationnisme en Europe

AFIS : Création, évolution et éducation

Le créationnisme n'est pas l'apanage des américains, il est aussi aux portes du Vieux Continent. Sa cible principale : l'éducation. Sous des prétextes fallacieux d'interdisciplinarité, de complémentarité des modes de pensée ou encore pour "donner un sens" se cache un grand bond en arrière intellectuel.

Déjà il est absurde de vouloir mettre sur un même plan un dogme religieux et un enseignement scientifique. Et il l'est tout autant de vouloir introduire un enseignement religieux dans le système éducatif : on risque surtout de provoquer une grande confusion en présentant côté à côte des connaissances objectives et des croyances. Que chaque enseignement reste à sa place et la liberté de chacun sera préservée. Après tout, est-ce qu'on exige des curés d'entrecouper leurs histoires, sermons et prières de remarques scientifiques ? Je vois d'ici le tableau :

Curé : "... méchanceté de l'homme ... Déluge ... Et Dieu dit à Noé : Genèse 6 : 14 ~16 et aussi Genèse 7 : 1~4"

Curé : "J'ouvre une parenthèse pour préciser que d'après les scientifiques, attraper, faire rentrer, cohabiter et nourrir pendant plus de 280 jours un couple de chaque animaux (on connaît 5400 espèces de mammifères, 8200 de reptiles ... et 1200000 d'insectes réparties sur toute la surface de la terre) dans une barge de 137 mètres de long, 26 mètres de large et 16 mètres de haut, est difficilement concevable".

Le Vatican a abandonné depuis longtemps (enfin tout est relatif) une lecture à la lettre des Evangiles. On ne trouve pas beaucoup de Cardinaux pour croire que la Terre est immobile au centre de l'Univers et qu'elle a été créée en 7 jours il y a quelques milliers d'années seulement. Et une approche au pied de la lettre leur ferait perdre les ouailles qui ont les deux pieds dans leur époque. Pour cette raison, le Vatican ne soutient pas la thèse du créationnisme. Mais évidemment le Vatican ne le combat pas non plus, pour pouvoir récupérer ce mouvement si par hasard il finissait par s'imposer suffisamment.

Il n'y a plus qu'a espérer que Nicolas Sarkozy et son sens de l'ouverture religieuse ne va pas dérouler le tapis rouge au créationnisme.

dimanche 30 décembre 2007

Sarkozy redéfinit la laïcité

Le Monde : Laïcité : l'approche sarkozyenne, par Yvon Quiniou
Marianne : Sarkozy menace-t-il la laïcité ?
Ouest-France : Bayrou attaque Sarkozy sur la laïcité
Voir aussi le blog de Catherine Kintzler et le discours à Saint-Jean-de-Latran sur le site de l'Elysée.

A Rome, Sarkozy nous a inventé une nouvelle laïcité, plus "neuve", plus "positive" qui ravira les plus zélés des catholiques.

Les réactions les plus vivent ne sont pas l'apanage des athées comme on pourrait le croire. La laïcité est un concept important pour tous, y compris les croyants. Parmi les réactions qui font plaisir à lire :

  • François Bayrou, à la fois catholique pratiquant et grand défenseur de la laïcité, n'a pas manqué de rappeler à Nicolas Sarkozy la conception française de la laïcité (voir l'article de Ouest-France)
  • L'Observatoire chrétien de la laïcité qualifie d'effarant, dans un communiqué de presse, le discours de Nicolas Sarkozy a Rome (voir le blog de Catherine Kintzler)

Autant les opinions du citoyen Sarkozy m'indiffèrent, autant les déclarations au nom de la France du Président Sarkozy me hérissent le poil. La place de la religion est dans la sphère privée des citoyens et pas ailleurs.

Quelques extraits de son lamentable discours, que je ne commenterai même pas :

  • La laïcité n'a pas le pouvoir de couper la France de ses racines chrétiennes. Elle a tenté de le faire. Elle n'aurait pas dû.
  • C'est pourquoi nous devons tenir ensemble les deux bouts de la chaîne : assumer les racines chrétiennes de la France, et même les valoriser, tout en défendant la laïcité, enfin parvenue à maturité.
  • Même celui qui affirme ne pas croire ne peut soutenir en même temps qu'il ne s'interroge pas sur l'essentiel. Le fait spirituel, c'est la tendance naturelle de tous les hommes a rechercher une transcendance. Le fait religieux, c'est la réponse des religieux à cette aspiration fondamentale qui existe depuis que l'homme a conscience de sa destinée.
  • Bien sûr, ceux qui ne croient pas doivent être protégés de toute forme d'intolérance et de prosélytisme. Mais un homme qui croit , c'est un homme qui espère. Et l'intérêt de la République, c'est qu'il y ait beaucoup d'hommes et de femmes qui espèrent.

vendredi 28 décembre 2007

De l'air !

Libération : Des terrasses pour griller la loi

Il va enfin être possible de trouver facilement des restaurants où apprécier le goût de la nourriture, des bars où siroter sans étouffer et d'aller acheter sa revue préférée au "coin presse" du bar-tabac sans battre le record d'apnée de Jacques Mayol.

Mais évidemment ce n'est pas les clients, qui ont le plus souvent la possibilité de chercher un autre endroit (même si ce n'est pas toujours facile), qui sont les grands gagnants. Ce sont les serveurs qui vont enfin avoir une chance de respirer et de vivre vieux.

Dans notre société il est interdit de verser de la mort au rat dans la nourriture de son voisin, mais paradoxalement il est autorisé de tuer lentement des centaines de personnes avec le tabagisme.

La résistance contre l'interdiction de fumer s'organise apparemment. Et les arguments de cette résistance sont aussi creux qu'on pouvait s'y attendre. Tel ce patron de bar interviewé qui se retrouve tout bête quand on lui rappelle que c'est pour protéger son personnel que cette loi existe : "Ah ben moi je peux faire le service dans la zone fumeur, je suis chez moi". On l'aurait laissé continuer, il aurait essayé de nous convaincre que son personnel a choisi de bonne grâce de travailler à plein temps dans la fumée.

Imaginons une nouvelle habitude culturelle : cela porte chance de saupoudrer ses affaires et sa nourriture d'une fine poudre de fabrication traditionnelle (qui se révèlerait être composée de plomb ou d'amiante ou une autre cochonnerie). Et il est important de bien en faire profiter tout son entourage pour leur envoyer sa chance. Pourquoi l'interdire ? Personne n'est jamais mort juste après avoir ingéré un petit peu de poudre même contenant du plomb ou de l'amiante (il faut au moins quelques années). Et on peut le défendre avec les mêmes arguments absurdes : c'est convivial, c'est traditionnel, c'est la liberté de chacun, bla bla bla.

samedi 22 décembre 2007

Police de proximité

Rue89 : Toulouse: à la retraite, le flic de gauche se lâche contre Sarkozy

Voilà un sujet qui ne doit pas être enterrer. Quand l'ambition prend le pas sur la politique, c'est le travail de longue haleine de centaines de personnes qui peut être balayé par un trait de plume et une déclaration cinglante : Les policiers ne sont pas là pour organiser des matchs de rugby avec les jeunes des quartiers

Des années de travail anéanties parce qu'un politicien ne peut pas supporter qu'une bonne idée ne soit pas de lui. Voilà où en est la politique en France.

mercredi 19 décembre 2007

Peine de mort abolie au New Jersey

Dépêche AFP : Le parlement du New Jersey abolit la peine de mort, premier Etat américain à le faire en 40 ans

En Europe c'est du point de vue moral que la peine de mort a été écartée. Mais ce point de vue n'intervient que peu dans les débats aux USA. C'est étrange dans un pays aussi chrétien. Le principal argument est celui des dysfonctionnements du système judiciaire et du risque d'exécuter des innocents. Et même cette argument à bien du mal a rassembler alors que depuis 1976, plus de 100 personnes ont été libérées des couloirs de la mort après avoir été innocentées. S'il n'y a pas eu d'exécution d'innocent, c'est parce qu'il s'écoule jusqu'à 20 ans entre la condamnation et l'exécution, ce qui laisse le temps de corriger les bavures. 20 ans a attendre son exécution ou espérer sa libération, voilà qui doit forger le caractère.

Là où l'attachement à la peine de mort devient encore plus bizarre, c'est que d'une part les chiffres de la criminalité n'indiquent aucune effet dissuasif de la peine de mort et d'autre part il y a une accumulation de rapports financiers montrant que la peine de mort coutent au final plus cher aux Etats que les peines de prison à vie (vu que l'attente dans le couloir de la mort est souvent de 10 à 20 ans).

Quand on a enlevé la moral, l'efficacité, l'économie, que reste-t-il comme motivation ? La peur ?

vendredi 14 décembre 2007

Frais de port pour les livres

Le Monde : Frais de port : Amazon condamné

En tant que gros "consommateur" de livres (autant pour moi que pour offrir), je trouve la majorité de mes achats chez les grosses enseignes, en magasin ou en ligne. Mais je n'ai pas envie de voir le reste disparaitre, ou devenir extrêmement difficile à trouver (et donc cher), parce qu'on aurait laissé les grosses enseignes dumper le marché.

Reste à savoir si la loi Lang : 1/ protége effectivement la diversité culturelle 2/ le fait sans pénaliser l'accès aux livres aux plus grand nombre

1/ Si les prix étaient dérégularisés il ne resterait rapidement que les grosses enseignes pour vendre des livres et ce serait dramatique pour les publications à petit public qui ne serait simplement plus vendus en boutique ou pour les plus chanceux que dans des "librairies de luxe".

2/ Je trouve que le prix éditeur des livres est un peu trop élevé chez nous et je désapprouve certaines pratiques comme couper les tomes originaux en deux tomes chez nous. Mais j'imagine que c'est ainsi que les éditeurs vont leur marge, ce qui leur permet de continuer à vendre des livres à petit tirage à des prix abordables. Indéniablement cet équilibre à un coût.

Les consommateurs sont peut-être des bœufs, mais les livres ce n'est pas de l'avoine.

dimanche 9 décembre 2007

"Spe salvi" et l'athéisme

Dépêche du Monde : Le pape, dans sa deuxième encyclique, pourfend l'athéisme

Dans "Spe salvi" ("Sauvés dans l’espérance") le pape Benoît XVI juge l'athéisme responsable des plus grandes cruautés et des plus grandes violations de la justice dans l'Histoire. Quant à la science, elle peut aussi détruire l’homme et le monde, si elle n’est pas orientée par des forces qui se trouvent hors d’elle.

Le pape y rappelle que l'athéisme a pu apparaitre aux XIXe et XXe siècles, selon ses racines et sa finalité, un moralisme: une protestation contre les injustices du monde et de l'histoire universelle

Un monde qui doit se créer de lui-même sa justice est un monde sans espérance., fort heureusement le pape indique quatre lieux d’apprentissage et d’exercice de l’espérance.

  • La prière : communiquer avec Dieu.
  • L'agir : contre les issues perverses et pour maintenir le monde ouvert à Dieu
  • La souffrance : l'accepter et murir avec elle
  • Le Jugement de Dieu : pour obtenir la résurrection et la justice

Donc vous savez ce qu'il vous reste à faire : prier, combattre les lois impies et les mécréants et supporter les souffrances sans broncher jusqu'au Jugement final. Un magnifique programme tout en amour fraternel, non ?

L'athéisme n'est pas une invention récente, il est aussi vieux que les religions. Ces religions qui apparaissent, vivent, fusionnent ou disparaissent sur une échelle de temps suffisamment importante. A la base une religion est un cadre qui formalise des croyances. Ces dernières sont des tentatives d'explication du fonctionnement du monde, sous forme de créatures (le plus souvent anthropomorphes) plus ou moins puissantes.

Au fur et a mesure que l'Humanité progresse dans sa connaissance du monde, le besoin de ses divinités s'estompe. Bien sûr on ne peut pas tout décortiquer, tout expliquer et peut-être ne le pourra-t-on jamais, ce qui laisse pas mal de champs libre aux croyances en tout genre. Qui plus est comme il n'est pas possible de démontrer l'inexistence de quelque chose, il sera toujours possible de clamer qu'il existe une divinité qui nous surveille, nous juge et donne un sens à la vie, quelque soit les progrès de la connaissance.

Mais a-t-on besoin d'une religion pour se construire une morale, des valeurs pour vivre ensemble ? A-t-on besoin de donner un sens à la vie ? Non absolument pas. Et ça remet en cause tout le business de la foi.

Est-ce que les assemblées de tyrosémiophiles s'inquiètent des gens qui ne partagent pas leur passion pour les étiquettes de fromage ? Je ne pense pas, mais j'avoue ne pas en avoir trouvé pour vérifier. Mais si les chefs religieux s'inquiètent de la montée de l'athéisme, ce n'est pas pour le bien spirituel de ces mécréants, mais parce que ça sape le fondement de leur pouvoir.

Cet encyclique est un message d'espoir pour les athées : l'athéisme progresse.