"Spe salvi" et l'athéisme

Dépêche du Monde : Le pape, dans sa deuxième encyclique, pourfend l'athéisme

Dans "Spe salvi" ("Sauvés dans l’espérance") le pape Benoît XVI juge l'athéisme responsable des plus grandes cruautés et des plus grandes violations de la justice dans l'Histoire. Quant à la science, elle peut aussi détruire l’homme et le monde, si elle n’est pas orientée par des forces qui se trouvent hors d’elle.

Le pape y rappelle que l'athéisme a pu apparaitre aux XIXe et XXe siècles, selon ses racines et sa finalité, un moralisme: une protestation contre les injustices du monde et de l'histoire universelle

Un monde qui doit se créer de lui-même sa justice est un monde sans espérance., fort heureusement le pape indique quatre lieux d’apprentissage et d’exercice de l’espérance.

  • La prière : communiquer avec Dieu.
  • L'agir : contre les issues perverses et pour maintenir le monde ouvert à Dieu
  • La souffrance : l'accepter et murir avec elle
  • Le Jugement de Dieu : pour obtenir la résurrection et la justice

Donc vous savez ce qu'il vous reste à faire : prier, combattre les lois impies et les mécréants et supporter les souffrances sans broncher jusqu'au Jugement final. Un magnifique programme tout en amour fraternel, non ?

L'athéisme n'est pas une invention récente, il est aussi vieux que les religions. Ces religions qui apparaissent, vivent, fusionnent ou disparaissent sur une échelle de temps suffisamment importante. A la base une religion est un cadre qui formalise des croyances. Ces dernières sont des tentatives d'explication du fonctionnement du monde, sous forme de créatures (le plus souvent anthropomorphes) plus ou moins puissantes.

Au fur et a mesure que l'Humanité progresse dans sa connaissance du monde, le besoin de ses divinités s'estompe. Bien sûr on ne peut pas tout décortiquer, tout expliquer et peut-être ne le pourra-t-on jamais, ce qui laisse pas mal de champs libre aux croyances en tout genre. Qui plus est comme il n'est pas possible de démontrer l'inexistence de quelque chose, il sera toujours possible de clamer qu'il existe une divinité qui nous surveille, nous juge et donne un sens à la vie, quelque soit les progrès de la connaissance.

Mais a-t-on besoin d'une religion pour se construire une morale, des valeurs pour vivre ensemble ? A-t-on besoin de donner un sens à la vie ? Non absolument pas. Et ça remet en cause tout le business de la foi.

Est-ce que les assemblées de tyrosémiophiles s'inquiètent des gens qui ne partagent pas leur passion pour les étiquettes de fromage ? Je ne pense pas, mais j'avoue ne pas en avoir trouvé pour vérifier. Mais si les chefs religieux s'inquiètent de la montée de l'athéisme, ce n'est pas pour le bien spirituel de ces mécréants, mais parce que ça sape le fondement de leur pouvoir.

Cet encyclique est un message d'espoir pour les athées : l'athéisme progresse.

Commentaires

1. Le lundi 10 décembre 2007, 13:30 par Grumly14

J'aurai au moins appris un nouveau mot : tyrosémiophile !
:-D

2. Le lundi 18 avril 2011, 15:50 par Aurel

En même temps, l'athéisme est fondé sur une négation d'une croyance d'autres personnes. Par la c'est évidement une agression envers les croyants. D'une certaine manière, l'athéisme est une sorte de parasite qui n'existe que parce que d'autres croient en un dieu. Autant être clair et se définir comme mécaniste!
Cependant, on notera que dans tout les cas cela reste une croyance avec une structure qui va avec et son business!
Finalement à part l'étiquette, rien ne change!! ;)

3. Le samedi 17 mai 2014, 03:58 par Scientist 24

Thanks for another informative blog. The place else could I get that kind of info written in such an ideal approach? I've a project that I'm just now running on, and I have been at the glance out for such information.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.paven.fr/index.php?trackback/3

Fil des commentaires de ce billet