Mot-clé - athéisme

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 11 décembre 2010

Quel athée êtes-vous ?

Athéisme - L'homme debout : Les différentes formes de l'athéisme

Il existe de nombreuses formes d'athéisme et je me retrouve dans plusieurs d'entres elles :

Athéisme assertorique et Athéisme méthodologique
J'adhère au principe d'Euclide "Ce qui est affirmé sans preuve, peut être nié sans preuve".
S'il est vrai qu'en mathématiques on accepte les axiomes comme des assertions vrais et indémontrables, ils sont choisit aussi élémentaires que possible et sont indispensables à tout ou parti de l'édifice théorique. L'existence d'un dieu n'est ni élémentaire, ni indispensable pour expliquer le monde.

Athéisme pratique
Totalement : "Croire ne sert à rien. Je vis très bien sans."

Athéisme scientifique
Dans une certaine limite et par conséquence de mon matérialisme : seule une approche matérialiste pourra apporter des réponses. La science est par essence une remise en question perpétuelle, soit le contraire de la foi.

Athéisme anticlérical et Athéisme antireligieux
Une petite touche, car la croyance aveugle, la foi, retire plus à l'Homme qu'elle ne lui apporte. La simple idée qu'il n'y aurait une Vérité qu'il ne faudrait pas discuter est une insulte à l'intelligence.

dimanche 15 février 2009

Qui sommes nous, d’où venons nous, où allons nous ?

Nous sommes un épiphénomène de l’univers, apparu par hasard et qui disparaîtra en même temps que la boîte de Petri dans laquelle nous sommes enfermé. Il est donc vain de chercher une raison d’être ou un but à notre existence en tant qu’espèce.

Mais chacun est libre de s’inventer un but pour occuper son petit siècle d’existence si ça lui chante.



dimanche 9 décembre 2007

"Spe salvi" et l'athéisme

Dépêche du Monde : Le pape, dans sa deuxième encyclique, pourfend l'athéisme

Dans "Spe salvi" ("Sauvés dans l’espérance") le pape Benoît XVI juge l'athéisme responsable des plus grandes cruautés et des plus grandes violations de la justice dans l'Histoire. Quant à la science, elle peut aussi détruire l’homme et le monde, si elle n’est pas orientée par des forces qui se trouvent hors d’elle.

Le pape y rappelle que l'athéisme a pu apparaitre aux XIXe et XXe siècles, selon ses racines et sa finalité, un moralisme: une protestation contre les injustices du monde et de l'histoire universelle

Un monde qui doit se créer de lui-même sa justice est un monde sans espérance., fort heureusement le pape indique quatre lieux d’apprentissage et d’exercice de l’espérance.

  • La prière : communiquer avec Dieu.
  • L'agir : contre les issues perverses et pour maintenir le monde ouvert à Dieu
  • La souffrance : l'accepter et murir avec elle
  • Le Jugement de Dieu : pour obtenir la résurrection et la justice

Donc vous savez ce qu'il vous reste à faire : prier, combattre les lois impies et les mécréants et supporter les souffrances sans broncher jusqu'au Jugement final. Un magnifique programme tout en amour fraternel, non ?

L'athéisme n'est pas une invention récente, il est aussi vieux que les religions. Ces religions qui apparaissent, vivent, fusionnent ou disparaissent sur une échelle de temps suffisamment importante. A la base une religion est un cadre qui formalise des croyances. Ces dernières sont des tentatives d'explication du fonctionnement du monde, sous forme de créatures (le plus souvent anthropomorphes) plus ou moins puissantes.

Au fur et a mesure que l'Humanité progresse dans sa connaissance du monde, le besoin de ses divinités s'estompe. Bien sûr on ne peut pas tout décortiquer, tout expliquer et peut-être ne le pourra-t-on jamais, ce qui laisse pas mal de champs libre aux croyances en tout genre. Qui plus est comme il n'est pas possible de démontrer l'inexistence de quelque chose, il sera toujours possible de clamer qu'il existe une divinité qui nous surveille, nous juge et donne un sens à la vie, quelque soit les progrès de la connaissance.

Mais a-t-on besoin d'une religion pour se construire une morale, des valeurs pour vivre ensemble ? A-t-on besoin de donner un sens à la vie ? Non absolument pas. Et ça remet en cause tout le business de la foi.

Est-ce que les assemblées de tyrosémiophiles s'inquiètent des gens qui ne partagent pas leur passion pour les étiquettes de fromage ? Je ne pense pas, mais j'avoue ne pas en avoir trouvé pour vérifier. Mais si les chefs religieux s'inquiètent de la montée de l'athéisme, ce n'est pas pour le bien spirituel de ces mécréants, mais parce que ça sape le fondement de leur pouvoir.

Cet encyclique est un message d'espoir pour les athées : l'athéisme progresse.